• Arthur Prigent

Projet: Maitrise du confort des Chaussures @Kalenji

Mis à jour : juil. 2


Etudes autour du confort des chaussures de la marque de course à pied (jogging, running, trail-running, athlétisme)


La problématique : la conception de chaussure a été au centre des recherches au sein de l’entreprise Décathlon ces dernières années. Les retours des utilisateurs et pratiquants sur ces dernières ne cesse de s’améliorer avec les nouveaux modèles. Cependant, un élément primordial lors de la conception obtient des résultats aléatoires en fonction des modèles, celui du confort. L’idée était donc de créer une cellule de travail autour de celui-ci.

Le confort en footwear est un élément complexe à prendre en compte, dépendant de plusieurs critères. Un travail de capitalisation et d’étude de celui-ci a donc été lancé selon 2 sujets d’étude principaux :

- le premier avec un aspect R&D, sur le lien entre pression exercée par la chaussure sur le pied et confort perçu par l’utilisateur

- le second avec un aspect plus orienté test de produits fini, où l’on cherchera à vérifier la pertinence de plusieurs solutions techniques d’un point de vue confort.

L’objectif : l’objectif est assez simple ici, puisqu’il s’agit d’accumuler un maximum d’informations possible au sujet du confort dans les chaussures, afin de maitriser petit à petit cet élément et finir par proposer des guidelines pour la conception des futurs produits de la marque.

Partie R&D : lien entre pression exercée sur le pied par la chaussure et confort perçu par l’utilisateur


Pour cette première partie, le choix de la marque s’est porté sur un outil commercialisé par une startup américaine ; une chaussette instrumentée développé par Sensoria. Cette chaussette est ainsi instrumentée de plusieurs capteurs de pression sur des zones anatomiques préétablies avec la marque (3 au talon, 2 en médio-pied et 3 en avant-pied au niveau des métatarses)


Le gros du travail a été réalisé pour la calibration des différents capteurs, afin que ceux-ci répondent de manière homogène. Plusieurs étapes ont été nécessaire (calibration à plat, calibration sur forme, calibration sur plusieurs pieds). Cela a aussi nécessité une grosse étude de reproductibilité et répétabilité pour s’assurer de la robustesse de l’outil.

Des corrélations ont ensuite été établies entre ces données de pression obtenue lors d’essai de chaussures, et le confort perçu par l’utilisateurs de lors de ces essais. Le pied a pour cela été segmenté en 3 zones (avant-pied, médio-pied et talons) et les valeurs de pression des capteurs moyennés selon ces 3 mêmes zones.

Le travail a ensuite consisté à établir des échelles de corrélation confort/pression selon l’activité ; jogging, running, trail ou athlétisme. Lors de cette étude Nous avons vite établi que la robustesse de l’outil ne serait pas suffisante pour obtenir les résultats avec la précision souhaitée malgré de nombreuses heures de tests :

  • test de calibration à plat

  • test sur forme

  • test de répétabilité : Une même personne essaye la même chaussure une 10 aine de fois sur plusieurs journée (chaque matin à la même heure)

  • test de répétabilité à grande échelle : Une même personne essaye la même chaussure 100 fois (10 fois 10 sessions) sur une matinée

Plusieurs techniques de calibration ont aussi été testées, aucune d’entre elles ne nous a permis d’obtenir des résultats satisfaisants.

Partie test: influence de plusieurs solutions techniques sur un paramètre du confort


Lors des échanges avec différents ingénieurs tests des différents sports de course à pied (jogging, running, trail et athlétisme) il est vite ressortie qu’une solution technique d’amorti de la marque, commune donc à plusieurs modèle, donnait des retours utilisateurs bien particulier, notamment en terme d’échauffement et en terme d’ampoule. Il a donc été décidé d’investiguer dans cette direction. Un protocole de test a été mise en place pour tester 3 itérations de cette solution, afin d’établir laquelle était la plus performante en terme de confort.

Le confort lors de cette manipulation était mesuré grâce à la non-apparition d’échauffement.


Protocole :

- séance de course à pied pour 15 sujets selon 3 conditions. 1h30 de course dans chaque condition

  • Chaque condition représente un prototype de chaussure avec une itération différente de la solution technique en question

  • Chaque séance se fait à une vitesse fixe, le sujet choisissant sa vitesse de confort pour une séance d’1h30

  • Ordre de passage des conditions randomisées




- Condition environnementale maitrisé grâce à l’utilisation d’une salle de test (température, pression, ventilation toujours identique selon le jour de la semaine et même l’heure de la journée), condition vitesse maitrisée (vitesse fixée lors des 3 passages de chaque sujet), condition chaussette maitrisée (fourniture d’une paire neuve et préalablement lavée 2 fois avant chaque passage)

- Contrôle de l’échauffement cutané au niveau de la solution technique en question grâce à l’utilisation d’une caméra dermoscopique et d’une caméra infrarouge pour détecter l’apparition d’échauffement:


  • Toutes les 30minutes le sujet s’arrête, une photographie de son pied est prise grâce à la caméra, et le sujet repart sur le tapis.

On calcul ensuite l'érythème (grâce à cette photo et un étalon) pour déterminer le coefficient d'échauffement de la peau.


Au total : plus de 60 heures de test sur sujet, 45 paires de chaussures prototypées et utilisées pour l’étude avec randomisation des passages


Bilan : préconisations sur la meilleure solution technique du point de vue de l’échauffement cutanée, mise en relation de cet échauffement avec différents paramètres sur les testeurs (âge, taille, poids, fréquence de pas, vitesse de pratique) permettant une première capitalisation des données sur ce sujet d’étude.


Finalement,


Cette étude a permis de tirer des conclusions simples sur l’influence de ces 3 solutions techniques de semelles. Cela permettra ainsi à terme de capitaliser un maximum d’informations sur le confort des chaussures. Une solution technique a ainsi été mise en avant par rapport aux deux autres. La seule étude de l’échauffement cutané semble cependant devoir être complété par l’étude de paramètre mécanique de la chaussure. En effet lorsque l’on modifie la semelle d’une chaussure en terme de matériaux, cela a une influence directe sur ses caractéristiques mécaniques. La première partie et son côté plus orienté en recherche & développement a de plus montré le nombres de paramètres important qu’il convient d’étudier pour maitriser et quantifier le confort d’une chaussure. La pression exercée par la chaussure sur le pied semble une belle porte d’entrée pour cela, mais des études complémentaires semblent obligatoires pour arriver aux résultats souhaité ; une méthode regroupant plusieurs tests permettant de venir quantifier de manière objective le confort de la chaussure de course à pied.

Compétences travaillées :

  • Veille scientifique et concurrentielle autour du confort des chaussures

  • Mise en concurrence de plusieurs solutions techniques pour la mise en œuvre de la partie R&D

  • échange avec une start-up américaine pour le développement d'une chaussette instrumentée

  • Mise en place d’une expérimentation au protocole solide (15 testeurs recrutés avec toute la partie logistique à traiter ; logistique, lien avec les agences d’intérims, mise en place de la salle de test, briefing et débriefing testeurs, accompagnement lors de la séance, développement, commande et masquage des prototypes)

  • Traitement des résultats sous Excel, automatisation du traitement pour la partie test

  • Utilisation d'une caméra dermoscopique

  • Analyse statistique

  • Vulgarisation du travail pour un rendu dynamique et efficace auprès de la marque


©2020 by Arthur Prigent. Proudly created with Wix.com